rse
Juin 10 2016 0

RSE ou comment associer performances économiques et développement durable ?

De plus en plus de personnes en parlent sans en avoir une définition claire, sans en connaître ses origines, ses implications et son impact dans nos environnements de travail, mais la RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises est de plus en plus au cœur des préoccupations des entreprises.

Plus qu’un effet de mode, la RSE porte les jalons de la conception nouvelle des organisations et des valeurs des entreprises de demain. Elle met au centre de l’organisation des préoccupations sociales, économiques et environnementales, problématiques qui étaient jadis intellectuellement et techniquement difficilement ù§M

 

La RSE résulte de la pression des ONG et associations pour que les entreprises prennent de plus en plus en compte les préoccupations environnementales et sociales notamment dans leurs processus de production. Les catastrophes écologiques des dernières décennies ont accéléré la prise de conscience des entreprises et la mise en place d’actions pour répondre aux inquiétudes de notre société. Cependant, la RSE prend aussi en compte la manière dont les entreprises interagissent avec leurs partenaires internes et externes : employés, clients, institutions publiques, associations…

De manière pratique, la RSE couvre l’ensemble de la chaîne de valeur de l’entreprise de l’approvisionnement à la distribution en passant par le bien-être des employés et leur santé au travail.

La RSE vise à remettre en question le contrat social et notamment la gouvernance des entreprises en revoyant les relations des entreprises avec leurs parties prenantes (salariés, associations, clients, fournisseurs…) pour répondre aux mutations du marché.

Afin de pouvoir évaluer et contrôler les efforts faits par les entreprises en terme de RSE, les institutions publiques ont mis en place un certain nombre de normes et de règles.

Sans entrer dans les détails, nous pouvons ici, par exemple, évoquer la norme ISO 26000 qui guide les organismes dans la prise en charge de la responsabilité sociétale. A ce jour, ce document n’est pas encore amené à devenir une certification mais permet aux entreprises d’intégrer un grand nombre d’éléments de la RSE dans leur développement et leur organisation. Il va notamment prendre en compte les droits de l’Homme, l’environnement, la gouvernance de l’organisation, les conditions de travail, le traitement des consommateurs, le développement local…

Révisée en 2000, les normes ISO 14001 sont également à prendre en compte. Cette norme prend en compte les aspects environnementaux comme la gestion des déchets, l’utilisation de matières premières et ressources naturelles, les émissions dans l’air, la contamination des sols et les rejets dans l’eau. Etre certifié ISO 14001 représente également un intérêt économique puisqu’un certain nombre d’industriel exige cette certification pour devenir fournisseur ou prestataire.

De plus en plus de labels voient le jour pour mieux répondre aux préoccupations et mutations et des agences de notations existent depuis 1990 pour évaluer les entreprises.

En France, les lois « Grenelles » obligent les entreprises cotées à informer sur leurs RSE respectives. Les sociétés non-cotées vont elles-aussi voir se renforcer leurs devoirs en la matière.

 

Pour les entreprises, la RSE se traduit de différentes manières :

  • La définition d’une éthique visée dans une charte,
  • La mise en relation avec les parties prenantes de l’entreprise (tous acteurs ayant des intérêts dans la gestion de l’entreprise : clientsfournisseurs, employés, associations locales, collectivités territoriales, société civile représentée par les ONG),
  • La mise en place de programmes de gestion des risques,
  • Une surveillance accrue des principes de sécurité,
  • Une veille notamment environnementalesocialesociétale, et juridique,
  • des projets de gestion des connaissances en support à l’innovation qui impliquent également plusieurs types d’agents économiques : les acteurs publics territoriaux de l’enseignement et de la recherche (pôles de compétence).
  • des programmes d’assurance qualité, avec la mise en œuvre de nouvelles normes,
  • La corrélation avec la nature du lien social et de la performance,
  • une communication interne et externe, avec notamment des bilans sociaux et environnementaux;

 

L’exercice de la RSE demande, outre une bonne perception de l’environnement de l’entreprise : des compétences en conduite du changement pour intégrer l’intérêt des parties prenantes, une connaissance fine des enjeux planétaires et de leurs déclinaisons politiques et réglementaires, et enfin, une connaissance des solutions techniques et managériales qui contribuent à l’amélioration des processus sanitaires, environnementaux et sociaux dans les organisations.

Mettre en place un politique RSE ne s’improvise pas puisque qu’elle impacte l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise ; de ses fournisseurs à ses clients.

 

REGIONS RH s’est rapprochée des meilleurs experts du marché sur cette thématique afin de monter pour ses clients une offre prenant en compte l’ensemble des éléments primordiaux à la réussite de sa mise en œuvre.

Nos Ingénieurs d’Affaires et nos experts sont à votre disposition si vous souhaitez avoir plus d’informations sur notre approche et si vous souhaitez que un accompagnement dans la mise en place de votre organisation de demain.